Yoga – les chakras et la maîtrise des désirs

On nous vend aujourd’hui le yoga comme une discipline permettant la détente et la reconnexion à soi. Rien, évidemment, ne saurait être plus faux sur une discipline qui prend ses racines dans la puissante religiosité des hindous. Le yoga n’est pas une technique de développement personne au sens contemporain, c’est une pratique religieuse qui a pour vocation de conduire ses membres au plus près de la divinité.

Le yoga des postures, hata-yoga et ses dérivés, a pour but de mieux contrôler son corps. Le yoga du souffle, pranayama, a pour but le contrôle des fonctions végétatives. Le yoga des chakras est un entre-deux, qui visent principalement le contrôle des désirs. La philosophie sous-jacente est la même que celle de Socrate ou des stoïciens. L’homme accompli maîtrise ses désirs et développe son âme pour se préparer à la mort, augmenter ses capacités intellectuelles et se rapprocher de dieu.

Pour une description du Kundalini yoga, c’est ici : https://foodforthoughts.blog/2020/01/10/le-veritable-kundalini-yoga/

Description des principaux chakras

Les chakras se divisent en trois parties:

-La première est celle qui correspond aux principaux désirs du corps et à la puissance de ces désirs quand ils nous envahissent. Il s’agit principalement des chakras sacré, et du plexus (du nombril aux cotes), correspondant respectivement au désir sexuel et à l’appétit alimentaire. Ils ont deux chakras complémentaires, le chakra racine et le chakra de la gorge, qui sont à chaque fois leurs adjuvants, comme nous allons le voir ci-dessous.

-La seconde série est celle correspondant à une fonction pour ainsi dire positive et faisant le pont entre le les puissances du corps et celle de l’esprit. Elle ne comprend qu’un seul chakra principal, le chakra du cœur, qui est en fait le chakra du cœur, des poumons et de la respiration. La respiration est dans le yoga l’une des clés qui permet d’apprendre la maîtrise du corps, des fonctions végétatives et des émotions.

-La troisième série est celle des chakras intellectuels. Ils sont deux. Il y a le troisième œil, qui correspond à nos fonction intellectuelles courantes. C’est la pensée rationnelle, mais aussi en partie au moins l’imagination. Le chakra principal enfin, est le chakra couronne, celui placé à l’extrémité du crâne et correspondant au point le plus haut de tout le corps. C’est le chakra de la croyance en dieu et de la dévotion. Toutes les techniques du yoga et du pranayama sont orientées vers le développement de ce chakra, qui est celui de la religion et de la transcendance, celui qui nous permet de nous relier (yoga, signifiant relier) à la divinité.

Eveil ou longue ascèse?

Certaines écoles de yoga ou de philosophie tibétaine nous présentent parfois la figure du sage comme celle d’un éveillé (Woke en anglais, vient de wake, réveiller, et c’est l’une des sources du mouvement Woke). L’archétype en est le Bouddha lui-même, qui aurait trouvé l’éveil en méditant sous son arbre. La légende nous fait croire que l’éveil pourrait ainsi arriver très rapidement. On deviendrait un éveillé comme on est frappé par la foudre ou par la grâce. La tradition occidentale n’est pas exempte d’exemples du même type. Descartes aurait vécu ce type d’épiphanie lors d’une nuit passée dans un chalet près d’un poêle. Mais derrière l’anecdote, la réalité est un travail sans relâche. Le même Descartes confie qu’il lui a fallu 6 ans pour faire de l’ordre dans ses émotions. Spinoza fait la même confession. Il n’en est pas moins vrai en ce qui concerne les Chakras et l’éveil proposé par le Yoga.

La tradition hindou nous propose un chemin spirituel qui passe par le corps, là où la tradition occidentale propose le chemin d’un développement de la conscience appuyé sur la rationalité. Mais dans les deux cas, le but est très souvent le même, à savoir le développement d’une certaine spiritualité qui va nous rapprocher de Dieu. Un Dieu qui n’est pas appris ou compris par une révélation, mais par un questionnement et une pratique.

Dans la même série de représentation, on nous parle d’ « ouvrir les chakras » ou d’  » d’activer les chakras ». L’ouverture des chakras est le plus souvent reliée à une requête psychologique, soit qu’il faille être plus tolérant, soit qu’il faille « profiter de l’instant ». L’idée d’une « activation » des chakras nous promet une réaction aussi rapide que si l’on allumait une lampe en appuyant sur son interrupteur. Tout ceci ne correspond cependant pas à la réalité du travail sur les chakras, ni à l’intention du yoga. Tout simplement par une longue introspection, une longue méditation continue sur le corps et ses fonctions est necessaire pour apprendre à s’en servir.

A quoi servent les chakras?

Pour parvenir à la spiritualité yogique il faut, comme dans la philosophie occidentale, apprendre à maîtriser les desirs, à commencer par ceux du corps. Et c’est exactement le but du travail sur les chakras. L’idée directrice constante est d’inverse le flux d’énergie du corps pour le faire comme remonter vers le chakra royale.

Prise de conscience des Chakras

La premiere étape est la prise de conscience. Il s’agit s’implement de se concentrer sur les zones représentées par les graphiques. Il n’y a pas vraiment de point défini, mais plutôt un ressenti dans les parties correspondantes du corps.

Une simple méditation sur les zones est presque suffisante. La tradition yogique a développé quantité d’exercices, association avec des animaux, des lettres, des sons, qui peuvent servir de support aux exercices. Mais l’essentiel ne nous semble pas là.

Le plus important c’est d’identifier les fonctions du corps et du désir auxquels ils correspondent. Lorsque le désir sexuel ou la faim nous envahissent nous ressentons de profondes sensations dans certaines zones du corps. Au niveau des organes sexuels pour le désir sexuel, au niveau du ventre, de la gorge et de la bouche pour la faim. L’intérieur de la bouche, même s’il n’est pas inclus dans la liste canonique des Chakras, est évidemment un chakra secondaire, comme on en trouve de très nombreux dans le corps. Il est mobilisé via des exercices simples de tirage et de pliage. La liste complète des points d’énergie est assez proche de celle des points d’acupuncture, mais tous ne sont pas aussi importants.

Exercice pour le désir sexuel

Passons sans plus attendre aux principaux exercices. Le plus connu est aussi le plus mal compris. Il s’agit de kapalabhati, la respiration du feu.

Assis en lotus, en tailleur, ou comme il vous plaira, il s’agit de contracter les muscles du bas ventre, autour de l’anus, entre l’anus et le sex et de la zone du ventre au dessus du sex. Ensuite faire une série d’une vingtaine d’expiration rapide par la bouche. Le mouvement doit partir du bas ventre qui rentre dans l’estomac. A la fin de la série on inspire fort, on retient la respiration, pas forcément longtemps, et l’on expire en se détendant.

Cela donne une respiration proche de celle dite du « petit chien » que les femmes pratiquent pour s’entraîner à l’accouchement. Mais il rappelle aussi très clairement le souffle de l’activité sexuel dans sa phase la plus active. Et c’est normal puisqu’il a été inventé exactement pour cela, pour mimer l’activité sexuelle et s’en libérer. Et comme après l’effort une grande inspiration est le prélude d’intense relâchement, le tout sans éjaculation.

Le fait d’avoir ainsi mimé en partie l’acte sexuel permet de se libérer des tensions du désir et de garder l’énergie pour la pensée et les autres activités.

La montée de l’énergie vers le chakra couronne

L’idée spirituelle sous-jacente est que toute l’énergie doit être dirigée vers la dévotion et la croyance en dieu, dont le siège est dans le sommet du crâne. Toutes les énergies du corps doivent être réorientée vers le cerveau. C’est l’origine de certaine présentation plutôt mythique, comme celle de la kundalini et du pouvoir du serpent enroulé. Le résultat réel est largement moins impressionnant que le mythe, mais reste très efficace.

L’une de ces représentations si typique des chakras et de la montée de l’énergie.

Exercice pour la faim

Après le désir sexuel, l’appétit est la pulsion de désir la plus forte. Elle est sans doute la plus difficile de toute à maîtriser, car elle est littéralement vitale, ce qui n’est pas le cas du désir sexuel.

Les exercices de maîtrise de l’appétit du Yoga ne suffiront pas en l’absence d’une parfaite hygiène de vie. Le régime du yogi est stricte, ni thé, ni café, ni alcool, ni cigarette. Certains sont végétariens, mais ce n’est pas obligatoire.

L’idée est simple et toujours la même. Comme pour l’énergie sexuelle, il s’agit d’inverser le courant de l’énergie et de la faire remonter au chakra racine. Les postures inversées et les bhandas sont nos principaux alliés.

La posture de la charrue a l’avantage de comprimer fortement la gorge, ce qui correspond à Jalandhara bandha.

La posture du chien, permet également d’inverser l’estomac et peut être pratiquer avec

La posture la plus prisée des Yogis, le roi des asanasa, sirsasana. C’est la posture qui procure l’inversion la plus parfaite. Cependant elle comprime aussi fortement le haut du crâne, ce qui rend la concentration durant la posture un peu délicate.

La posture du lion, dans laquelle nous tirons fortement la langue, permet de décharger la langue et la gorge du désir de se nourrir… au prix d’une légère nausée. En tirant la langue fortement, le réflexe vomitif est partiellement activé.

Les siddhis – les pouvoirs des grands yogis

Les grands yogis s’attaquent à tous ces désirs, mais aussi à la pulsion la plus difficile de toute à maîtriser, celle de la respiration elle-même. Elle permet de La parfaite maîtrise du souffle leur confère les Siddhis, des pouvoirs qui semblent défier la mort elle-même. C’est beau… comme une belle histoire.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Siddhi

Bonne pratique!

Annexe

Présentation des bandhas.

La kundalini

 « Faire monter la Kuṇḍalinī avec succès n’est pas une tâche aisée : on ne peut se livrer à cette pratique sans un maître averti et sans avoir eu accès à l’intériorité ; car si une vie mystique profonde peut se développer sans la connaissance ou sans la pratique de l’ascension de la Kuṇḍalinī, il n’y a pas de pratique pleine et entière de cette ascension sans une vie mystique réelle »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Kundalini_(sanskrit)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s